Fondations humaines



Peut-être gagnerions-nous à nous regarder d'un peu plus haut, d'un peu plus loin ? Peut-être nous rendrions nous compte de combien nous ne sommes que peu de choses dans toute la galaxie. Quelques milliards de fourmis qui pensent chacune à leur échelle que le monde s'arrête aux frontières de leur quotidien. Mais surtout, quelques milliards de fourmis qui se ressemblent d'une façon surprenante. En effet, bien que différents de part notre fond, nous sommes éminemment identiques du point de vue de nos composants.

Homo sapiens. Être vivant capable de se déplacer en utilisant ses deux membres postérieurs, apte à communiquer par le langage, doté d'une conscience de soi ainsi que d'une faculté de penser et de raisonner. Alors pourquoi prétendre qu'il y a un fossé entre chacun de nous, quand il n'y a qu'un pas ? Même si ce dernier se meut quelque fois en grand écart, il demeure un pas.

Nos différences intérieures, personnelles et particulières, qui tiennent au caractère, à la personnalité, ne doivent pas nous tromper : nous sommes constitués de la même base, nos organes et leur fonctionnement sont identiques. Partant de là, les différentes formes et couleurs de chaque corps ne sont que le reflet d'une diversité de façade, comment s'arrêter à si peu de chose ? Cela ne devrait pas nous duper.

Effectivement, il me semble que lorsque l'on a intégré notre éminente concomitance, toute discrimination est rendue obsolète : l'autre devient soudain un "autre soi". D'un adversaire, il devient un frère dont le lien de parenté n'est plus à chercher dans le sang ni au sein d'un quelconque acte juridique, mais bel et bien au cœur de l'essence de l'humanité, de ses fondations.


Lune

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.